Comment Airbus a abouti à faire valider son dernier avion militaire

Comment Airbus a abouti à faire valider son dernier avion militaire

L’avion de transport aérien nouveau groupe d’âge d’Airbus A400M a franchi une nouvelle étape décisive après la certification de sa capacité de transport aérien automatique à bas degré, offrant une capacité exclusive dans leur cours pour tous les avions transportant des forces armées. L’avion de nouvelle technologie Airbus A400M a obtenu un nouveau jalon définitif après la qualification de sa capacité de déclenchement automatique à très bas niveau, offrant une fonctionnalité unique dans son cours pour les avions de transfert des forces armées. Getafe, 26 pourrait 2020 – L’Airbus A400M nouveau groupe d’âge a atteint un nouveau jalon définitif après l’accréditation de la capacité de voyage de très bas niveau automatique, donnant une capacité unique dans son cours pour l’avion de transport des services militaires. La campagne de reconnaissance, réalisée en avril au-dessus des Pyrénées et du centre de la France, comprenait des opérations à la suite de 500 pieds, qui comprennent des transitions d’un voyage de très bas niveau vers d’autres opérations comme le service de livraison aérienne. Cette période de certification principale pose des problèmes de fonctionnement avec des problèmes météorologiques graphiques, d’importance avec l’exposition du personnel. Vous trouverez un cycle supplémentaire qui comprend des Circonstances Météorologiques Importantes, sans besoin de visibilité, pour être autorisé au T2 2021. Naturel vers la planète des avions de chasse, de sorte qu’en tant que capacité d’origine pour l’avion de transport des services militaires, les Routes Automatiques de Niveau Inférieur améliore le masquage au sol et la capacité de survie de l’A400M, ce qui rend l’avion beaucoup moins détectable dans les régions agressives et moins vulnérable aux dangers lors de la croisière vers des procédures militaires importantes telles que le transport aérien, le ravitaillement en vol, la logistique ou d’autres procédures uniques. Les derniers avions de ligne occidentaux à avoir été créés à des niveaux importants avaient été la Caravelle française et le BAC-111 tout au long des années 1960. Si la production opère pour de tels avions est arrivée à son terme, le marché des avions commerciaux a été bientôt couvert par trois sociétés américaines: Boeing, McDonnell Douglas et Lockheed. Les organisations aérospatiales occidentales n’étaient pas suffisamment importantes pour supporter les dépenses importantes liées à la construction d’un nouvel avion de ligne. Peu de temps après un certain nombre de tentatives infructueuses pour constituer une équipe aérospatiale transeuropéenne, les autorités de la France et de l’Allemagne de l’Ouest ont conclu un accord contraignant en mai 1969 qui a précisé comment votre création de votre consortium pour générer des jets industriels. Des stratégies ont été mises en place pour la création d’un avion de ligne qui, à l’avenir, deviendra l’A300. En décembre 1970, l’Airbus Industrie a été officiellement formé et incorporé en France comme un groupement d’intérêt économique (G.I.E.), une sorte d’alliance illimitée largement utilisée par les vignerons et les travaux de construction qui incluent de nombreux entrepreneurs. Ce type de société commerciale a rendu tout à fait possible le succès d’Airbus car, comme on l’a reconnu, «sur d’autres projets coopératifs, comme le Concorde, rien ne pouvait être réalisé sans l’accord unanime de tous les associés. Avec l’Airbus, tous devaient être unanimes pour nous empêcher. » Les membres du consortium Airbus étaient Aérospatiale de France, Deutsche Airbus (65% Messerschmitt-Bölkow-Blohm et 35Per cent VFW-Fokker) du côté ouest de l’Allemagne, Fokker-VFW aux Pays-Bas et Construcciones Aeronauticas S.A. (CASA) d’Espagne. Au début, United Kingdom Aerospace devait être un participant à part entière, mais elle s’est vraiment retirée lorsque le gouvernement travailliste britannique a déterminé comment le logiciel n’avait absolument aucun moyen de réussir. Le britannique Hawker-Siddeley a néanmoins continué d’être associé à Airbus en utilisant un accord de sous-traitance qui lui incombait de développer des ailes d’avion. Malgré cela, Airbus Industrie est resté globalement un consortium franco-allemand.


Les commentaires sont clos.